CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Actualités

Appel à la guerre civile au Cameroun : le musicien Richard Bona attaqué par une armée d’internautes

Publié

au

C’est connu : les réseaux sociaux comme Facebook font figure d’espace idéal de la liberté d’expression et d’opinion. Toutefois, cet espace charrie un certain nombre de vulnérabilités. En atteste, cette déclaration polémique depuis les USA, de l’artiste Richard Bona sur l’éventualité d’un autre « front de guerre » au Cameroun.

L’artiste d’origine camerounaise Richard Bona, installé aux USA est vivement critiqué sur Facebook après la publication, il y a trois jours, d’une vidéo où il invite à ouvrir « un autre front de guerre au Cameroun » et à « brûler » une chaine télévision privée jugée proche du pouvoir. 

En effet, Pour M. Bona, le professeur Kamto, opposant politique, est « un type docile ». « Je le lui ai dit. Ce ne se serait pas passé avec quelqu’un d’autre. Un autre front de guerre serait déjà ouvert, et les Ambazoniens l’ont compris de toutes les manières. Il n’y a pas d’autres manières que d’aller à la guerre avec ces pillards et voleurs », a-t-il déclaré, critiquant les retards pris dans la construction de certaines infrastructures qui accueilleront la prochaine Coupe d’Afrique des Nations

Les réactions n’ont pas tardé. « Mon frère c’est ton pays, va dans ton pays tu nous laisses », « Tu n’es pas camerounais tu la ferme », « Ne parle pas des choses du Cameroun », sont autant de commentaire d’internautes qui exprimaient leurs désaccords avec le musicien. 

Pour rappel, le chanteur Richard Bona a l’habitude de critiquer les autorités camerounaises sur des faits de mal gouvernance. Mais l’accueil négatif que lui ont réservé des centaines de commentateurs sur sa récente vidéo, prouve qu’il y a une limite qu’une majorité de Camerounais ne souhaite pas voir franchir, au-delà des divergences qui pourraient exister entre eux.

Frances Haugen : lanceuse d’alerte contre Facebook

En octobre, le Wall Street Journal, édité à New York, a publié une série de reportages sur la base de documents transmis au régulateur américain des marchés financiers et au Congrès par Frances Haugen, ex-membre du conseil d’administration de Facebook devenue lanceuse d’alerte contre son ancien employeur. Devant le Congrès, elle a indiqué que, face à des situations conflictuelles, Facebook « choisit de privilégier son propre intérêt financier au détriment de la sécurité du public ». 

Les médias qui ont parcouru les documents, rapportent ainsi, que les dérives sur l’utilisation des réseaux sociaux du groupe sont bien connues en interne, mais que les signaux d’alerte ne sont pas toujours pris en compte. « Le résultat est un système qui amplifie la division, l’extrémisme et la polarisation – et qui mine les sociétés du monde entier. Dans certains cas, ce dangereux discours en ligne a débouché sur une violence réelle qui nuit à des personnes, voire les tue » peut-on lire dans le témoignage de Frances Haugen.

Sous ce rapport, il faut reconnaitre que  la marge de manœuvre pour les pays africains est assez réduite. Aucun d’eux ne peut convoquer le patron de Facebook, comme le ferait le Congrès américain ou la Commission Européenne.

Sans conteste, les plateformes Facebook et Whatsapp sont devenues des champs de bataille politiques et idéologiques qu’il faille réguler sans compromettre les droits fondamentaux des citoyens. C’est pourtant la, un dilemme majeur pour les autorités gouvernementales qui doivent faire face à un activisme numérique de plus en plus exigeant.

Taslikh avec agenceecofin

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

IBK s’est éteint à l’âge de 76 ans dans sa résidence de Bamako

Publié

au

Saluant un homme de « paix et de dialogue« , de « culture » aussi, chefs d’Etats africains et occidentaux ont présenté leurs condoléances au peuple malien et à la famille de celui que l’on surnommait IBK.

Son décès était sur toutes les lèvres, ce lundi, dans les rues de la capitale malienne, chacun évoquant l’homme à sa manière. Certains étaient encore sous le choc, d’autres se voulaient plus fatalistes, quand d’autres encore opéraient une remise en question.

« Sa mort me choque énormément, parce que c’est notre président. Nous l’avons combattu, mais c’était un homme de paix, de parole. Il a gouverné le Mali et que son âme repose en paix« , réagit un habitant de Bamako.

« On ne peut que prier Dieu pour qu’il repose en paix. Il a fait ce qu’il pouvait faire pour le pays, même s’il n’a pas fini son mandat. Quand même, il a fait ce qu’il pouvait faire« , dit un autre.

« Vu la manière dont il s’est donné pour ce pays et tout l’effort qu’il a fourni… Malgré tout ça, on n’a pas été reconnaissant envers lui quand même. Moi, personnellement, j’aurais aimé le rencontrer pour lui présenter nos sincères excuses vis-à-vis de nos comportements« , reconnaît un homme.

Ibrahim Boubacar Keïta est mort un an et demi après avoir été renversé par les militaires et remplacé par le colonel Assimi Goïta, ancien chef d’un bataillon de forces spéciales et chef de la junte qui défie aujourd’hui une partie de la communauté internationale.

L’ancien président malien avait été chassé du pouvoir après des mois de mobilisation au sein d’une population exaspérée par les violences en tous genres – djihadistes, communautaires ou crapuleuses, par la faillite des services de l’Etat et par une corruption réputée galopante. Les détracteurs du défunt président mettent d’ailleurs en exergue « la corruption » au Mali pendant ses années de pouvoir.

source: africanews

Continuer la lecture

Actualités

Génocide rwandais : des mutations d’ADN sur les victimes et leurs enfants

Publié

au

Le génocide rwandais continue de livrer ses secrets au plan scientifique. C’est ce qui ressort d’une récente étude conduite par des scientifiques du programme génomique USF et du Center for Global Health and Infectious Disease Research, rapporte le site Medical Xpress.

Leurs conclusions majeures font état d’une modification de l’ADN des victimes et de leur descendance.

La volonté des chercheurs est de pouvoir fournir des réponses aux victimes et à leurs proches. De nombreux troubles mentaux ont émané des atrocités au sein des populations rwandaises après le massacre de l’ethnie des tutsis en 1994. Un examen poussé des génomes des femmes enceintes présentes et exposées par les horreurs a été fait, avant que cet échantillon ne soit comparé avec d’autres femmes enceintes mais qui habitaient dans d’autres pays.

Une troisième génération à l’étude en vue

Il en ressort que l’ADN des femmes exposées a été modifié, avec des mutations qui ont causé des troubles mentaux, comme la dépression ou des syndromes post-traumatiques. Ce ne sont pas des mutations génétiques, mais chimiques et épigénétiques. « L’épigénétique fait référence à des modifications chimiques stables, mais réversibles, apportées à l’ADN qui aident à contrôler la fonction d’un gène, développe un scientifique. Elles peuvent se produire dans un délai plus court que ce qui est nécessaire pour modifier la séquence d’ADN sous-jacente des gènes. »

Une analyse de sang a été conduite sur 59 personnes, dont la moitié a été directement exposée à des traumatismes, de la violence, une captivité, un viol, à être témoin d’un meurtre, d’une attaque, ou par la vision de cadavres. Beaucoup de Rwandais attendent des réponses sur les troubles qu’ils traversent encore à ce jour. Cette étude prouve également que ce qui se déroule pendant la grossesse, pour le fœtus, peut avoir un impact à long terme, avec des séquelles qui se développent plus tard dans la vie.

Désormais, les scientifiques devraient pouvoir se pencher sur la nouvelle génération à venir, la troisième, et observer de possibles conséquences. Cette étude s’inscrit dans un programme plus large de recherche, dans le but d’aider les scientifiques africains et leur permettre de conduire des analyses génétiques plus poussées.

Cf : geo.fr

Continuer la lecture

Actualités

Medecine : un cœur de porc génétiquement modifié placé chez un homme

Publié

au

Un Américain est devenu la première personne au monde à recevoir une transplantation cardiaque à partir d’un coeur de porc génétiquement modifié selon l’agence de presse AFP et Bbc.

David Bennett, 57 ans, se porte bien trois jours après l’intervention expérimentale de sept heures réalisée à Baltimore, selon les médecins.

La transplantation est considérée comme le dernier espoir de sauver la vie de M. Bennett, bien que l’on ne sache pas encore quelles sont ses chances de survie à long terme.

« C’était soit mourir, soit faire cette transplantation », explique M. Bennett un jour avant l’opération. « Je sais que c’est un coup dans l’eau, mais c’est mon dernier choix », ajoute-t-il.

Les médecins du centre médical de l’université du Maryland ont obtenu une dérogation spéciale de l’autorité médicale américaine pour effectuer la procédure, au motif que M. Bennett serait mort autrement.

Il avait été jugé inéligible à une transplantation humaine, une décision qui est souvent prise par les médecins lorsque le patient est en très mauvaise santé.

Pour l’équipe médicale qui a réalisé la transplantation, celle-ci marque l’aboutissement d’années de recherche et pourrait changer des vies dans le monde entier.

Le chirurgien Bartley Griffith explique que l’opération permettra au monde de faire « un pas de plus vers la résolution de la crise de la pénurie d’organes », indique l’école de médecine de l’université du Maryland dans un communiqué.

Cette crise signifie que 17 personnes meurent chaque jour aux États-Unis dans l’attente d’une transplantation, et que plus de 100 000 personnes seraient sur la liste d’attente.

La possibilité d’utiliser des organes d’animaux dans le cadre de ce qu’on appelle la xénotransplantation pour répondre à la demande est envisagée depuis longtemps, et l’utilisation de valves cardiaques de porc est déjà courante.

En octobre 2021, des chirurgiens de New York ont annoncé qu’ils avaient réussi à transplanter un rein de porc sur une personne. À l’époque, l’opération était l’expérience la plus avancée dans le domaine à ce jour. Toutefois, le receveur était à cette occasion en état de mort cérébrale, sans espoir de guérison.

M. Bennett, lui, espère que sa greffe lui permettra de poursuivre sa vie. Il a été alité pendant six semaines avant l’opération et relié à une machine qui l’a maintenu en vie après qu’on lui a diagnostiqué une maladie cardiaque en phase terminale.

« J’ai hâte de sortir du lit après ma guérison », disait-il la semaine dernière.

Lundi, il a été signalé que M. Bennett respirait par lui-même tout en étant soigneusement surveillé.

Mais on ne sait pas exactement ce qui va se passer ensuite. Le porc utilisé pour la transplantation est génétiquement modifié pour éliminer plusieurs gènes qui auraient entraîné le rejet de l’organe par le corps de M. Bennett, rapporte l’agence de presse AFP.

M. Griffith a déclaré qu’ils procédaient avec prudence et surveillaient attentivement M. Bennett, tandis que son fils David Bennett Jr a déclaré à l’Associated Press que la famille était « dans l’inconnu à ce stade ».

Mais il ajoute : « il réalise l’ampleur de ce qui a été fait et il en réalise vraiment l’importance. »

« Nous n’avons jamais fait cela chez un humain et j’aime à penser que nous, nous lui avons donné une meilleure option que ce qu’aurait été la poursuite de sa thérapie », souligne M. Griffith. « Mais si [il vivra] un jour, une semaine, un mois, un an, je ne le sais pas ».

Jani

Continuer la lecture

Tendance

Copyright © 2021 Managers africains, powered by SAMAWEB.