CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Entreprises

FINANCE: Le groupe bancaire panafricain, Eco Bank, invite les entrepreneurs Fintech africains à participer à la 4e édition du Eco Bank Fintech Challenge.

Publié

au

Ce concours s’inscrit dans le cadre de l’engagement de la banque à promouvoir l’essor du digital en donnant aux start-ups africaines l’opportunité de faire connaître leurs solutions fintech. Les start-ups finalistes auront la possibilité de s’associer à Eco Bank pour déployer leur solution sur ses 33 marchés africains ainsi qu’en France.

Les candidatures sont ouvertes aux start-ups et développeurs des 54 pays d’Afrique ainsi qu’aux fintechs internationales ayant pour point d’ancrage l’Afrique sur le site (https://Ecobankfintechchallenge.com).

A l’issue de la cérémonie de remise des prix prévue en novembre 2021, tous les finalistes bénéficieront du programme Ecobank Fintech Fellowship. Les trois premiers lauréats recevront un prix en espèces, soit 15 000 $, 12 000 $ et 10 000 $ respectivement. Par ailleurs tous les Fellows pourront explorer diverses possibilités avec la banque.

Le directeur général du Groupe Eco Bank, Ade AYEYEMI, a réitéré l’engagement de Eco Bank à stimuler l’innovation sur le continent. « L’impact mondial de la COVID-19 a rendu plus pressante la nécessité de numériser et de transformer les opérations bancaires. En tant que groupe bancaire, nous sommes plus que jamais convaincus que l’innovation et la technologie sont l’avenir de la banque et nous réaffirmons notre engagement sans faille à identifier et à soutenir les développeurs les plus prometteurs d’Afrique afin de faire connaître leurs solutions et d’améliorer nos services grâce au Eco Bank Fintech Challenge », a-t-il indiqué.

Conçu en partenariat avec la société de conseil Konfidants, le Eco Bank Fintech Challenge est parrainé par plusieurs partenaires en Afrique et dans le monde, notamment ACCION, Catalyst Fund, Nedbank VC et Cellulant . Les candidatures seront clôturées le 20 septembre 2021.

SOURCE: API

Entreprises

Surcout de la plus grande raffinerie de l’Afrique : Dangote sollicite des partenariats financiers !

Publié

au

L’homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote, est en pourparlers avec certains des plus grands négociants en pétrole du monde pour l’aider à financer son projet de méga raffinerie à Lekki. Selon les reuteurs, Monsieur Dangote a fait un appel à investissement sur son projet pétrolier.


A cet effet, la compagnie pétrolière d’État nigérian NNPC a accepté d’acheter une participation de 20% dans la raffinerie pour environ 2,8 milliards de dollars, mais Dangote est à la recherche de liquidités extérieures. En effet, le coût de financement du projet a effectivement gonflé de près de 5 milliards de dollars pour atteindre près de 19 milliards de dollars aujourd’hui.
 Mele Kyari, responsable de la NNPC, a déclaré qu’un processus était en cours pour lever 1 milliard de dollars auprès d’Afreximbank afin de financer une partie de sa prise de participation

La raffinerie de 650 000 barils par jour, une fois achevé, sera la plus grande usine du continent et redessinera les principaux flux commerciaux de brut et de carburant dans le bassin atlantique.
C’est un projet avant-gardiste pour le Nigeria car, bien qu’étant  le plus grand producteur et exportateur de pétrole d’Afrique, le pays dépend presque entièrement des importations de carburant après avoir laissé son importante capacité de raffinage, 445 000 barils par jour, se dégrader pendant plusieurs décennies. 

M.K managers-africains

Continuer la lecture

Entreprises

Entreprises : La société russe Alrosa conclut un accord avec la Société minière de Bakwanga (MIBA) pour booster la production de diamants en RDC.

Publié

au

La Société minière de Bakwanga (MIBA) de la République démocratique du Congo a conclu un protocole hier avec la société de diamant  Alrosa. L’accord de principe a pour objectif d’accroître la coopération commerciale, technique, scientifique et technologique entre les parties.

L’accord conclu permettra l’accès, à Alrosa, à l’exploration et à la production de diamants en RDC, dans le respect des « normes d’approvisionnement responsable » en la matière. 

 « Le partenariat stratégique entre Alrosa et MIBA créera une valeur importante pour l’industrie minière congolaise, son économie et sa population ».  Selon l’homme d’affaires Kacy GRINE, conseiller du gouvernement congolais sur ce dossier, ce partenariat renforcera les relations entre « la Russie et la RDC et ouvrira également la voie à une coopération plus poussée entre les deux pays ».

S’inscrivant  conformément au principe du « pollueur-payeur » lancé par le gouvernement pour prévenir la pollution de ses rivières, provoquée par les activités minières en amont du bassin versant de la rivière Tshikapa, dans la partie angolaise, cette signature de protocole prendra en compte ces nouvelles mesures à l’image des sociétés angolaises concernées dont l’opérateur de la mine Catoca, contrôlé à 41 % par Alrosa.

MK.managers-africains

Continuer la lecture

Entreprises

Finance : Wave effectue une levée de fonds de 200 millions de dollars, l’entreprise est désormais évaluée à 1,7 milliard de dollars.

Publié

au

BRCMVO image

 Wave, leader indépendant du mobile money au Sénégal et en Côte d’Ivoire, a annoncé hier à l’issue d’une tour de table entre, Sequoia Heritage, Founders Fund, Stripe , Ribbit L’ancien Directeur de Y- Combinator Sam Altman et Partech Africa, un investissement de série A de 200 millions de dollars.

Le principal concurrent d’Orange est désormais évalué à 1,7 milliard de dollars. À la suite de cette levée de fonds considérée comme la plus importante en Série A pour une fintech opérant exclusivement en Afrique.

Entreprise fondée en 2018, WAVE  fournit un service financier mobile facile à utiliser et radicalement abordable dans des pays où les transferts d’argent coûtaient excessivement chers. Il gère un réseau d’agents, des petites et moyennes entreprises locales et des particuliers qui utilisent du cash pour servir leurs utilisateurs et ne demande pas l’obtention d’une carte bancaire.

Grâce à son accessibilité, sa clientèle a rapidement  augmenté . En effet, Wave demande seulement 1% de frais de transfert soit 70% moins cher que les tarifs proposés par ses concurrents. Il met également à disposition de ses  utilisateurs sans smartphone une carte QR gratuite qui leur permet de faire des transactions chez un agent.

Selon Sam Altman « Wave est en train de résoudre le plus important problème du transfert d’argent en Afrique en redynamisant les réseaux d’agents existants et en rendant abordables l’épargne et l’envoi d’argent avec une application très simple. Ils ont mis en place un produit que des millions d’utilisateurs adorent, et l’engagement est au même niveau sinon mieux qu’avec les meilleures des plus grandes entreprises Tech dans le monde ».

 Avec un capital de dix millions, Wave s’est positionné en leader sur le marché sénégalais en enrôlant plus de la moitié de la population. En côte d’ivoire, son deuxième marché du continent africain ses chiffres évoluent aussi favorablement.

Cette levée de fonds, permettra à l’entreprise de s’affirmer sur les marchés acquis mais également d’étendre ses services dans les pays de la sous-région comme en Ouganda et au Mali, de renforcer son offre de services digitaux et de créer des emplois (plus de 800 déjà créer) via le recrutement d’équipes d’opérations locales, de développement, d’ingénieurs et de commerciaux. M. Tidjane Dème, Associé et Co-Gérant de Partech Africa considère cet investissement comme « une nouvelle donne afin d’appuyer Wave dans sa mission d’apporter un meilleur service mobile money à travers l’Afrique ».

Source: Eco-Afrik M.Kmanagers-africains

Continuer la lecture
Advertisement

Tendance

Copyright © 2021 Managers africains, powered by SAMAWEB.