CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Art de vivre

Namibie : De la beauté chez les Himbas

Publié

au

Peuple de pasteurs semi nomade, les Himbas se consacrent essentiellement à leur bétail. Un élément si important de leur vie que le plus beau compliment que l’on puisse faire à une femme, c’est de lui murmurer à l’oreille qu’elle ressemble à une petite vache rousse !

D’ailleurs, la belle teinte acajou dont elles se parent le corps rappelle la robe de leur animal fétiche. Chaque jour, les rituels de beauté sont immuables. Les femmes prennent de l’hématite, une pierre rouge qu’il faut une fois par mois aller extraire d’une carrière de la région quand on ne l’achète pas. Reste ensuite à  la réduire en une poudre la plus fine possible. Puis, elle est mélangée à de la matière grasse animale autrefois conservée dans une corne. Dans l’intimité de leur case,  les femmes s’enduisent de la tête (chevelure comprise) aux pieds de cet onguent qui rend  leur peau soyeuse et les protègent des rayons du soleil.  Les enfants ont droit au même traitement. Vient ensuite l’habillage…

Les jupettes en peau de chèvre plissées sur les fesses découvrent juste le haut des cuisses. Chaque jour, le vêtement est graissé longuement pour éviter qu’il ne durcisse et rende la marche inconfortable. Puis, un petit brasero est allumé, on y dépose quelques plantes odorantes (bois des arbres mopane, tout autre parfum est proscrit) et on coiffe le tout d’un cône en branchages sur le quel est posé la jupette… C’est le pressing Himba… Puis, c’est au tour des bijoux…

De lourds colliers ornent le coup des femmes. Lorsqu’il comporte un coquillage, c’est signe de fécondité et indique qu’elles sont en âge de procréer. Parmi les autres caractéristiques de l’ethnie, les coiffures. Chacune signifie quelque chose et porte donc un nom différent.

Les femmes se tressent d’abord les cheveux avant de les enduire avec de une mixture ocre appelée «otjize ». Avant la puberté, les filles n’ont droit qu’à deux tresses, le nombre augmente la puberté passée. Puis vient l’erembe, coiffe en peau de chèvre portée par les femmes mariées alors que l’ekori est porté pour le mariage ou les cérémonies. Le rôle des femmes est donc essentiel au sein de cette communauté qui se bat pour conserver ses traditions ancestrales. Un mode de vie inchangé depuis la nuit des temps.

Les Himbas sont un peuple autochtone bantou, principalement situés dans le Kaokoveld, au Nord de la Namibie. Ils sont également apparentés aux Héréros, un autre peuple autochtone bantou, originaire de la Namibie de l’Angola, du Botswana ainsi que de l’ensemble des territoires de l’Afrique Australe.

Avec les-plus-beaux-lodges.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Art de vivre

5 sites naturels incontournables en Afrique

Publié

au

Une liste de 5 sites fortement symboliques pour les inconditionnels des excursions et découvertes touristiques.

La Grande Mosquée de Djenné, Mali

Construite en 1907, la grande mosquée de Djenné est la représentation parfaite du style sahélo soudanais et est le plus grand édifice du monde en terre crue. Cette caractéristique singulière mérite un tour.

La ville de Fès, Maroc

Faisant partie des quatre villes impériales du Maroc, Fès a été durant longtemps la capitale du pays, et peut être considérée de nos jours comme sa capitale spirituelle. Située à mi-chemin entre le nord et le sud du royaume chérifien, cette ancienne métropole surnommée « Athènes de l’Afrique » est une fascinante ville musée. Entre sa médina haute en couleur, ses délicieuses variétés culinaires et ses monuments dotés d’une architecture médiévale, elle a tout ce qu’il faut pour faire vivre au visiteur une aventure incroyable.

Louxor, Égypte

Si vous êtes fans de monuments historiques, Louxor est définitivement l’endroit où vous devez aller. Ce site archéologique possède d’incroyables temples et tombeaux en pierre, ainsi que de magnifiques vues sur le Nil. Lorsque vous y faites un tour, vous pourrez découvrir par exemple plus de 400 tombes appartenant à des nobles de la 6e dynastie à l’époque gréco-romaine, toutes décorées de scènes détaillées de leur vie quotidienne. Pendant que vous y êtes, faites un saut dans le Ramesseum, le temple commémoratif du pharaon Ramsès II, qui se trouve à proximité.

Robben Island, Afrique du Sud

L’île de Robben, abrite la prison n.7 où a été enfermée Nelson Mandela pendant des années. Et puisque toute histoire n’est pas rose, passer une journée là-bas est une expérience nécessaire pour continuer à partager l’histoire et les enseignements de l’apartheid afin de s’assurer qu’il ne se répète pas. De plus, la prison n’est pas la seule attraction de l’île. Les amateurs d’animaux sauvages pourront s’amuser dans le sanctuaire des pingouins.

  • Ile de Gorée, Sénégal

L’irrésistible île de Gorée. Située à 15 min de Dakar, cette île nous charme par ses ruelles paisibles et ses vieilles maisons fleuries de bougainvilliers. À cela il faut ajouter que c’est en son sein que réside la maison des esclaves véritable lieu de pèlerinage et symbole de la traite négrière, l’excellente maison d’éducation Mariama Bâ, le canon de la côte Ouest qui « aurait permis à la France de Vichy de couler un bateau anglais le 23 septembre 1940 », la ruelle des artistes pour ne citer que ceux-là. Faites-y un tour, vous ne le regretterez absolument pas !

Avec vudaf

Continuer la lecture

Art de vivre

Le lac Rose, un site à visiter

Publié

au

Le spectacle fascinant qu’il offre à ses visiteurs ne laisse pas indiffèrent: il est frappant et enchante par son originalité, qui s’insinue dans un folklore décapant.

D’aucuns, déjà « servis », se demandent d’ailleurs, à juste titre, du reste: « comment visiter le Sénégal sans voir le lac Rose ?

Lac Rose ou Lac Retba, est devenu par la force des choses, l’un des sites les plus visités du Sénégal. Il doit, dans une certaine mesure, sa renommée à la teinte originale et changeante de son eau, mais aussi au rallye Paris-Dakar dont il constituait l’ultime étape.

Sa couleur rose orangé est due, à Dunaliella salina, une algue verte halophile, organisme microscopique qui fabrique, surtout quand le ciel n’est pas couvert (donc plutôt en période sèche de novembre à juin), l’astaxanthine, un pigment rouge de la famille des carotènes, qui lui permet de mieux résister aux forts rayons solaires et à la concentration de sel. La couleur rose est moins visible pendant la saison des pluies (juillet à octobre) car le rayonnement solaire est limitée par la couverture nuageuse

A la faveur du Plan Sénégal Emergent(PSE), on parle maintenant de pôle urbain du Lac rose, à l’instar de celui de Diamniadio.

Ce pôle est ainsi constitué de son plan d’eau de surface et de sa zone d’influence limitée au nord par l’océan atlantique, à l’ouest par l’agglomération dakaroise, au sud par la route des Niayes et à l’est par la limite administrative de la région de Dakar. Autrement, c’est un grand lagon de 3 km2, peu profond, entouré de dunes et situé à quelques centaines de mètres de l’océan Atlantique, à 35 km au nord-est de Dakar.

Ce pôle du Lac Rose se structure autour de son écosystème humide très spécifique qui lui confère une dimension touristique internationale et des projets de pôles urbains du Lac rose, de Déni Biram Ndaw et Diacksao Bambilor.

Le lac Rose est en plein essor. On ne s’y plaint pas. Là-bas, chaque visite dispense un lot de merveilles. Allons prendre les nôtres. Maintenant !

Quelques images…

Continuer la lecture

Art de vivre

Art de vivre : Niamey, les multiples visages de la ville.

Publié

au

Source: Afrobuzz

Continuer la lecture
Advertisement

Tendance

Copyright © 2021 Managers africains, powered by SAMAWEB.