CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Finance

Sénégal : Afreximbank signe un partenariat de 50 millions de dollars avec le FONSIS

Publié

au

La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) a signé un protocole d’accord avec le Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS) de la République du Sénégal pour fournir des capitaux destinés à accompagner les investisseurs des secteurs public et privé dans le développement de projets au Sénégal, de la phase de conception à la bancabilité. L’accord a été signé le 16 novembre 2021 à Durban, en Afrique du Sud, en marge de la deuxième Foire commerciale intra-africaine (IATF 2021).

Afreximbank et le FONSIS ont mis en place un instrument conjoint de financement de la préparation de projets. Le mécanisme vise à mobiliser jusqu’à 50 millions de dollars US pour accélérer la mise en œuvre de projets prioritaires inscrits dans le plan de développement national du gouvernement du Sénégal, dénommé « Plan Sénégal Émergent (PSE) ».

Les deux institutions aideront conjointement les investisseurs des secteurs public et privé à réduire les risques liés aux marchés et aux secteurs en proposant des services de financement et d’assistance technique qui déboucheront sur une offre régulière de projets bien structurés et prêts à l’emploi. Elles travailleront ensemble pour aider les investisseurs à préparer des projets dans différents secteurs liés au commerce et aux investissements, dont le secteur de l’énergie, des transports et de la logistique, des plates-formes logistiques, de l’industrie manufacturière, de l’agroalimentaire, de l’hôtellerie et du tourisme, de l’exploitation minière, et des services, notamment de la santé, des TIC et de l’économie créative.

Afreximbank renforcera également les capacités du FONSIS afin que cette institution puisse, de manière indépendante, réaliser des activités de préparation de projets, de mobilisation des ressources tout en faisant du Sénégal une destination d’investissement attrayante. M. Amr Kamel, vice-président exécutif d’Afreximbank en charge du développement commercial et des services bancaires aux entreprises a déclaré : «Nous sommes heureux de signer ce protocole d’accord avec l’un des principaux fonds souverains du continent. Ce partenariat est conforme au mandat et au plan stratégique d’Afreximbank, puisqu’il soutient les activités d’industrialisation et de développement des exportations au Sénégal dans le contexte de la ZLECAf.

Je suis particulièrement satisfait de l’approche du mécanisme conjoint de préparation des projets, qui s’appuie sur l’expertise technique de la Banque et les connaissances locales approfondies du FONSIS pour financer conjointement des projets prioritaires de promotion du commerce et des exportations. Le résultat escompté de cette intervention est la fourniture de projets bien structurés, prêts à l’emploi, qu’Afreximbank, le FONSIS et le secteur privé peuvent financer».

M. Papa Demba Diallo, Directeur Général du FONSIS, a déclaré : «La signature de ce protocole d’accord s’inscrit dans la volonté du FONSIS de nouer des accords de co-développement de projets avec, l’ambition de mettre en œuvre à moyen terme une facilité de préparation de projets commune avec des partenaires d’ancrage. Le co-développement de projets avec Afreximbank a l’avantage de faciliter la mobilisation des divers instruments financiers de la banque afin de mener les projets à leur bouclage financier ».

Sur le FONSIS

Le Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques S.A., FONSIS, a été créé par la loi 2012-34 promulguée le 31 décembre 2012. C’est une société anonyme détenue à 100% par l’Etat du Sénégal.

A travers ce Fonds, le Sénégal a choisi d’adopter une nouvelle vision du développement et de concrétiser son choix d’utiliser le puissant levier du capital- investissement pour une croissance soutenue, créatrice d’emplois et de richesse.

Le FONSIS fédère les investisseurs nationaux et étrangers autour de projets stratégiques notamment ceux du Plan Sénégal Emergent (PSE) tout en soutenant les entreprises sénégalaises pour en faire des champions nationaux.

Le FONSIS investit directement ou indirectement, à travers des fonds thématiques (PME, promotion des femmes, etc.) ou sectoriels (agriculture, santé, etc.) qu’il met en place.

Depuis le démarrage de ses activités en 2014, le FONSIS a investi au Sénégal dans 30 transactions dans les secteurs prioritaires Santé & Pharma, Agrobusiness, Energie renouvelable avec la moitié de la capacité installée au Sénégal, Industrie, Infrastructures & Transport pour un coût de projets de 775 milliards de francs CFA à fin octobre 2021.

Jani avec le FONSIS

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finance

Investissement : arnaque dans une pyramide de Ponzi de 11,6 millions de dollars sur cinq ans

Publié

au

Tara M. Brunst, une conseillère américaine de 47 ans, sera jugée le 5 mai prochain par un tribunal fédéral du district Nord de l’Ohio pour son rôle dans une pyramide de Ponzi de 11,6 millions de dollars (M$) sur cinq ans qui a fait une cinquantaine de victimes aux États-Unis.

Selon Financial Planning, l’accusée a plaidé coupable la semaine dernière pour des accusations de conspiration en vue de commettre une fraude postale et de trois chefs d’accusation de fraude électronique.

L’arnaque s’est déroulée de janvier 2013 à janvier 2018, alors que la conseillère travaillait avec les deux autres coaccusés chez Sageguard Wealth Management, à Westlake.

Selon les enquêteurs de la Securities and Exchange Commission (SEC), Tara M. Brunst attirait les victimes en leur promettant des investissements qu’elle présentait faussement comme sans risque et avec un taux de rendement garanti.

En réalité, les fonds des investisseurs étaient détournés vers des comptes bancaires et des entreprises contrôlées par les accusés. Selon le principe de la chaîne de Ponzi, les fonds déposés par les nouveaux clients servaient à verser les rendements promis aux précédents investisseurs.

Les complices avaient ouvert des bureaux dans les états du Delaware et du Nevada pour développer leur activité frauduleuse. Ils avaient également embauché des centres d’appels pour répondre aux clients, et avaient créé de faux sites Web ainsi que de faux relevés de compte pour tromper les investisseurs.

L’enquête a démontré qu’avant de rejoindre Sageguard en 2015, Tara Brunst avait été licenciée d’une autre firme d’investissement pour avoir falsifié une lettre à la demande d’un client, et avoir menti aux enquêteurs.

Les deux autres co accusés, Raymond A. Erker and Kevin Krantz, ont plaidé non coupables aux accusations portées contre eux et devraient être jugés début mars.

Continuer la lecture

Finance

Encadrement des monnaies virtuelles : vers une cryptomonnaie 100% marocaine

Publié

au

Le 10 janvier 2022, la ministre de l’Economie et des Finances du Maroc, Nadia Fettah Alaoui,  a déclaré que son pays compte encadrer l’usage des monnaies virtuelles par une nouvelle législation.

En outre, elle précise que son département examine aussi la possibilité de mettre en place une cryptomonnaie 100% marocaine, élaborée et garantie par Bank-Al-Maghrib, la banque centrale.

Ces annonces, faites lors d’une séance plénière des questions orales à la Chambres des représentants, interviennent dans un contexte où les cryptomonnaies sont interdites dans les transactions financières par la législation marocaine. En effet, en 2017, le ministère de l’Économie et des Finances et la banque centrale avaient mis en garde, dans une déclaration conjointe, contre les dangers de l’emploi des cryptomonnaies dans le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme : « Les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation, passible de sanctions et amendes ».

 Pourtant, les cryptomonnaies continuent d’être prisées.

Le Maroc est 24 ème utilisateur mondial de cryptomonnaies malgré les interdictions

Malgré l’interdiction formelle par l’Office des Changes de l’usage des cryptomonnaies depuis 2017, les marocains dérogent à la règle. Le Maroc a enregistré un volume d’échange de bitcoins de 6 millions de dollars US, le plus élevé d’Afrique du Nord. Le pays se place en 4ème position sur le continent africain, derrière le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Kenya. Les Marocains sont ouverts aux échanges de crypto-monnaies, les volumes d’échange de bitcoins en peer to peer augmentant régulièrement au fil des ans pour atteindre un record de 2,18 millions de dirhams marocains en 2020.

L’anonymat assuré par les cryptomonnaies rend malaisés la régulation et le cadrage des propriétés virtuelles des marocains. La fluctuation importante de ces monnaies en fait un nouvel intérêt d’investissement pour les jeunes marocains désireux d’améliorer leur situation financière, d’autant plus que le numérique est aussi synonyme d’opportunités infinies. L’usage des actifs virtuels par les marocains est aussi considéré comme une solution palliative pour dépasser les restrictions imposées par le plafond de la dotation E-commerce. L’analyse des chiffres montre effectivement que les pays performant le mieux dans le classement d’usage de cryptomonnaies, sont des pays à l’image du Maroc, avec des monnaies non convertibles.

Jani avec challenge.ma

Continuer la lecture

Finance

Nomination polémique du directeur national de la BEAC au Cameroun

Publié

au

La nomination du directeur national de la BEAC pour le Cameroun suscite discorde. En effet, l’Etat du Cameroun et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) ne s’entendent pas à ce propos. Et  pour cause, la décision prise de manière « unilatérale » par le gouverneur de la Banque centrale procédant à la désignation d’un intérimaire.

Dans une correspondance adressée le 11 janvier 2022 au gouverneur de la BEAC, Abbas Mahamat Tolli, le ministre des Finances Louis Paul Motazé dira : « J’ai pris connaissance de votre décision N° 002/GR/2022 datée du 06 janvier 2022 portant intérim du directeur national de la BEAC pour le Cameroun. Sans interférer, ni ignorer vos prorogatives et en toute conformité avec les directives reçues des hautes autorités camerounaises, nous avions souhaité une prorogation additionnelle, pour une année d’un an, des activités de monsieur Blaise Eugène Nsom »

A la recherche d’une solution partagée

Tout en souhaitant de trouver « une solution partagée » pour le bien de la BEAC, du Cameroun et de la sous-région, le ministre des Finances n’en regrette pas moins que cette « décision ait été finalisée et diffusée sans concertations préalables comme cela est d’usage pour les fonctions de ce rang ». Après avoir rappelé que le directeur national est le représentant du gouverneur de la BEAC, mais également « un interlocuteur privilégié » des autorités politiques, économiques, monétaires et financières du Cameroun, le ministre insiste que « ce désaccord rendu public pourrait susciter l’étonnement de l’opinion nationale, sous régionale et internationale d’une part, tout autant que celui des acteurs habitués à la prise de ce type de décision d’autre part ».

Entre autres raisons évoquées pour le maintien de l’actuel directeur national de la BEAC, les autorités camerounaises soulignent ses « qualités professionnelles et humaines ».

Ainsi, « sa collaboration et ses contributions » à l’élaboration des réformes des finances publiques notamment dans le cadres des programmes économiques et financiers menés avec le Fonds monétaire international (FMI) « sont capitales ».

Dans ce contexte, le gouvernement camerounais affirme qu’il semble indispensable de prendre le temps nécessaire pour évaluer de façon plus opportune les options de remplacement. « C’est pourquoi en s’inspirant des précédents dans notre sous-région pour des fonctions équivalentes, je vous propose de reconsidérer votre décision relative à la situation administrative de monsieur Blaise Eugène Nsom », conclut Louis Paul Motazé.

Jani avec financialafrik

Continuer la lecture

Tendance

Copyright © 2021 Managers africains, powered by SAMAWEB.