CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

Entreprises

Télécoms – Éthiopie : Safaricom s’impose face à MTN

Publié

au

Le bouleversement de ce secteur potentiellement lucratif, actuellement contrôlé par la compagnie publique Ethio Telecom, est l’une des pierres angulaires de l’agenda de réformes du Premier ministre Abiy Ahmed.

L’Éthiopie a attribué une licence à un consortium conduit par le kényan Safaricom, une décision qui mettra un terme au monopole du gouvernement sur le secteur ankylosé des télécommunications, l’un des derniers au monde à être fermé.

Safaricom, Vodafone et Vodacom

Le consortium, qui comprend également le britannique Vodafone et le sud-africain Vodacom, a proposé 850 millions de dollars pour cette licence, a déclaré Brook Taye, conseiller au ministère des Finances.

Abiy Ahmed, qui se présentera le mois prochain pour un nouveau mandat lors d’élections déjà reportées deux fois, a salué samedi la nouvelle sur Twitter, affirmant que la proposition « offrait les droits de licence les plus élevés et un dossier d’investissement très solide. »

Il écrit également que le consortium apportera le plus gros investissement direct étranger jamais enregistré en Ethiopie. « Notre désir de rendre l’Éthiopie entièrement numérique est sur les rails », a-t-il ajouté.

Le gouvernement prévoyait d’attribuer deux nouvelles licences. Mais, fin avril, il n’avait reçu que deux offres après le désistement de plusieurs groupes qui avaient initialement exprimé leur intérêt, dont le français Orange et l’émirati Etisalat.

Le deuxième candidat, le sud-africain MTN, proposait 600 millions de dollars, ce qui n’était « pas assez » et a par conséquent été « rejeté », a précisé Brook Taye.

Balcha Reba, directeur général de l’Autorité éthiopienne des communications, a déclaré pour sa part que la deuxième licence serait prochainement re-proposée.

8,5 millions de dollars d’investissements

Les crises auxquelles fait face l’Ethiopie, telles la guerre au Tigré (Nord) ou les tensions avec le Soudan et l’Egypte, ont pu décourager des candidats, estime Chiti Mbizule, analyste chez Fitch Solutions. « Il ne peut pas être exclu que, pour les acteurs plus prudents, la situation économique et politique joue un rôle dans leur décision d’attendre », a-t-il ajouté.

Certains ont également pu être refroidis par l’interdiction, pour les compagnies étrangères, de proposer des services financiers mobiles, alors qu’Ethio Telecom vient de lancer son propre programme d’argent mobile, Telebirr.

Brook Taye a affirmé que 1,5 million d’emplois devraient être créés et 8,5 millions de dollars investis sur 10 ans grâce à la licence Safaricom, qui fournira des services internet 4G et 5G. D’ici 2023, un satellite à basse orbite sera mis en place pour fournir une couverture 4G nationale, a ajouté Brook Taye.

Les réformes dans le secteur des télécoms comprennent également la vente d’une part du capital d’Ethio Telecom, afin de rendre cette entreprise plus efficiente.

source: jeuneafrique.com

Entreprises

Entreprises : La société russe Alrosa conclut un accord avec la Société minière de Bakwanga (MIBA) pour booster la production de diamants en RDC.

Publié

au

La Société minière de Bakwanga (MIBA) de la République démocratique du Congo a conclu un protocole hier avec la société de diamant  Alrosa. L’accord de principe a pour objectif d’accroître la coopération commerciale, technique, scientifique et technologique entre les parties.

L’accord conclu permettra l’accès, à Alrosa, à l’exploration et à la production de diamants en RDC, dans le respect des « normes d’approvisionnement responsable » en la matière. 

 « Le partenariat stratégique entre Alrosa et MIBA créera une valeur importante pour l’industrie minière congolaise, son économie et sa population ».  Selon l’homme d’affaires Kacy GRINE, conseiller du gouvernement congolais sur ce dossier, ce partenariat renforcera les relations entre « la Russie et la RDC et ouvrira également la voie à une coopération plus poussée entre les deux pays ».

S’inscrivant  conformément au principe du « pollueur-payeur » lancé par le gouvernement pour prévenir la pollution de ses rivières, provoquée par les activités minières en amont du bassin versant de la rivière Tshikapa, dans la partie angolaise, cette signature de protocole prendra en compte ces nouvelles mesures à l’image des sociétés angolaises concernées dont l’opérateur de la mine Catoca, contrôlé à 41 % par Alrosa.

MK.managers-africains

Continuer la lecture

Entreprises

Finance : Wave effectue une levée de fonds de 200 millions de dollars, l’entreprise est désormais évaluée à 1,7 milliard de dollars.

Publié

au

BRCMVO image

 Wave, leader indépendant du mobile money au Sénégal et en Côte d’Ivoire, a annoncé hier à l’issue d’une tour de table entre, Sequoia Heritage, Founders Fund, Stripe , Ribbit L’ancien Directeur de Y- Combinator Sam Altman et Partech Africa, un investissement de série A de 200 millions de dollars.

Le principal concurrent d’Orange est désormais évalué à 1,7 milliard de dollars. À la suite de cette levée de fonds considérée comme la plus importante en Série A pour une fintech opérant exclusivement en Afrique.

Entreprise fondée en 2018, WAVE  fournit un service financier mobile facile à utiliser et radicalement abordable dans des pays où les transferts d’argent coûtaient excessivement chers. Il gère un réseau d’agents, des petites et moyennes entreprises locales et des particuliers qui utilisent du cash pour servir leurs utilisateurs et ne demande pas l’obtention d’une carte bancaire.

Grâce à son accessibilité, sa clientèle a rapidement  augmenté . En effet, Wave demande seulement 1% de frais de transfert soit 70% moins cher que les tarifs proposés par ses concurrents. Il met également à disposition de ses  utilisateurs sans smartphone une carte QR gratuite qui leur permet de faire des transactions chez un agent.

Selon Sam Altman « Wave est en train de résoudre le plus important problème du transfert d’argent en Afrique en redynamisant les réseaux d’agents existants et en rendant abordables l’épargne et l’envoi d’argent avec une application très simple. Ils ont mis en place un produit que des millions d’utilisateurs adorent, et l’engagement est au même niveau sinon mieux qu’avec les meilleures des plus grandes entreprises Tech dans le monde ».

 Avec un capital de dix millions, Wave s’est positionné en leader sur le marché sénégalais en enrôlant plus de la moitié de la population. En côte d’ivoire, son deuxième marché du continent africain ses chiffres évoluent aussi favorablement.

Cette levée de fonds, permettra à l’entreprise de s’affirmer sur les marchés acquis mais également d’étendre ses services dans les pays de la sous-région comme en Ouganda et au Mali, de renforcer son offre de services digitaux et de créer des emplois (plus de 800 déjà créer) via le recrutement d’équipes d’opérations locales, de développement, d’ingénieurs et de commerciaux. M. Tidjane Dème, Associé et Co-Gérant de Partech Africa considère cet investissement comme « une nouvelle donne afin d’appuyer Wave dans sa mission d’apporter un meilleur service mobile money à travers l’Afrique ».

Source: Eco-Afrik M.Kmanagers-africains

Continuer la lecture

Entreprises

Entreprise: Jack MA, l’incroyable histoire du fondateur d’Alibaba.

Publié

au

Continuer la lecture
Advertisement

Tendance

Copyright © 2021 Managers africains, powered by SAMAWEB.