CONNECTEZ-VOUS AVEC NOUS

CIMA

Un cadre du groupe Etat islamique arrêté au Mali

Publié

au

Une semaine après l’annonce du retrait progressif de Barkhane, un cadre du groupe armé Etat islamique est arrêté au Mali des suites d’une opération franco-Nigérienne au sahel.

L’ancien ministre des affaires étrangères Malien Tiéman Hubert Coulibaly qui s’est prononcé sur les plateaux de la TV5 monde a déclaré » le terrorisme est l’affaire du monde » qu’on ne peu limiter à un continent. Toujours selon lui le défit est de trouver une solution pour faire sortir les maliens partisans du groupe armé de ces dérives sans « impacter la population « 

Source Tv5 monde

M.K managers-africains

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Meilleures universités africaines: le classement 2022

Publié

au

Université Yaoundé 1 Cameroun

Cameroun, seul pays francophone d’Afrique subsaharienne…

66 universités africaines figurent dans le nouveau classement « US News & World Report » des meilleures universités du monde. Alors que 7 universités sud-africaines figurent dans le top 10 continental, le Cameroun est le seul pays francophone d’Afrique subsaharienne à y figurer, avec l’Université de Yaoundé I.

Le magazine américain « US News & World Report » a sorti son classement 2022, des meilleures universités du monde. Il est censé aider les étudiants en quête d’universités de prestige, à mieux s’orienter dans le milieu de l’enseignement supérieur.

Ce classement est basé sur plusieurs indicateurs tels que la performance de recherche universitaire et la réputation mondiale et régionale. Ainsi, plus de 1750 écoles d’enseignement supérieur ont été répertoriées dans le monde, dont 66 d’Afrique.

Université du Cap Afrique du Sud

La première université africaine à apparaître dans ce classement est l’Université du Cap, logée à la 109e place, avec un score de 70 points sur 100. Sur le continent, l’Afrique du Sud occupe les quatre premières places avec l’Université du Cap, de Witwatersrand, l’Université Stellenbosch et celle du KwaZulu-Natal. L’Egypte reste, cependant, le pays le plus représenté avec 22 universités qui figurent dans le classement.

Quant aux dix universités qui trônent en tête de liste dans le classement africain, on retrouve sept universités sud-africaines, deux égyptiennes et une nigériane. Une seule université francophone (hors Maghreb) apparaît dans ce tableau des meilleures écoles d’enseignement supérieur africaines. Il s’agit de l’Université de Yaoundé au Cameroun.

Il est à noter que l’Afrique du Sud et l’Egypte occupent, quasiment à chaque classement, les têtes de liste des meilleures universités. Dans le classement du cabinet indépendant Shanghai Ranking Consultancy paru le 15 août dernier, où le continent avait obtenu 18 places sur 500, neuf places revenaient à l’Afrique du Sud et six par l’Egypte.

Notons également que 12 institutions universitaires du continent sur les 66 ne sont pas classées, mais sont prises en compte en raison de leurs performances dans la production de recherches sur une grande variété de sujets liés à l’ingénierie.

Classement des universités africaines

UNIVERSITESPAYSRANG AFRICAINRANG MONDIAL (points)
Université du CapAfrique du Sud1er109ème (70)
Université de WitwatersrandAfrique du Sud2ème212ème (63,3)
Université StellenboschAfrique du Sud3ème317ème (58,7)
Université du KwaZulu-NatalAfrique du Sud4ème371ème (56,5)
Université du CaireEgypte5ème392ème (55,8)
Université de JohannesburgAfrique du Sud6ème417ème (55,1)
Université d’IbadanNigeria7ème425ème (54,9)
Université de PretoriaAfrique du Sud8ème434ème (54,8)
Université de MansourahEgypte9ème477ème (53, 1)
Université du Nord-OuestAfrique du Sud10ème510ème (51,7)
Université d’Addis-AbebaEthiopie11ème517ème (51,5)
Université de Science et Technologies Kwame NkrumahGhana12ème587ème (49,9)
Université Ain ShamsEgypte13ème619ème (49)
Université Mohammed PremierMaroc14ème630ème (48,7)
Université MakereOuganda15ème712ème (46,6)
Université du Cap-OccidentalAfrique du Sud16ème729ème (46,1)
Université d’AlexandrieEgypte17ème738ème (45,8)
Université Hassan II de CasablancaMaroc18ème779ème (44,9)
Université de NairobiKenya18ème exæquo779ème (44,9)
Université de GondarEthiopie20ème790ème (44,4)
Université d’AssioutEgypte21ème804ème (43,9)
Université d’Afrique du SudAfrique du Sud22ème851ème (42,9)
Université de RhodesAfrique du Sud23ème855ème (42,8)
Université de ZagazigEgypte24ème884ème (42,2)
Université du FayoumEgypte25ème886ème (42,1)
Université de Tunis-El-ManarTunisie26ème899ème (41,8)
Université KafrelsheikhEgypte27ème914ème (41,5)
Université du canal de SuezEgypte27ème exæquo914ème (41,5)
Université du GhanaGhana29ème916ème (41,4)
Université de l’Etat-LibreAfrique du Sud30ème925ème (41,1)
Université Mohammed V de RabatMaroc31ème940ème (40,5)
Université de Yaoundé ICameroun31ème exæquo940ème (40,5)
Université de technologie de TshwaneAfrique du Sud33ème954ème (40,1)
Université Cadi Ayyad de MarrakechMaroc34ème963ème (40)
Université de TantaEgypte35ème983ème (39,6)
Université Al AzharEgypte36ème994ème (39,4)
Université Beni-SuefEgypte36ème exæquo994ème (39,4)
Université de SfaxTunisie38ème1024ème (38,7)
Université BenhaEgypte39ème1068ème (37,7)
Université HelwanEgypte40ème1101ème (36,9)
Université MiniaEgypte41ème1111ème (36,6)
Université de CarthageTunisie42ème1181ème (35,2)
Université de MenofiaEgypte43ème1184ème (35,1)
Université Obafemi AwolowoNigeria44ème1187ème (35)
Université du MalawiMalawi45ème1207ème (34,6)
Université du ZimbabweZimbabwe46ème1219ème (34,4)
Université métropolitaine Nelson MandelaAfrique du Sud47ème1225ème (34,3)
Université du NigeriaNigeria48ème1335ème (31,9)
Université de MonastirTunisie49ème1378ème (30,9)
Université de SohagEgypte50ème1401ème (30,3)
Université de la ManoubaTunisie51ème1449ème (29,1)
Université Badji Mokhtar-AnnabaAlgérie52ème1517ème (27,5)
Université des Science et Technologie Houari BoumedieneAlgérie53ème1604ème (24,8)
Université de SousseTunisie54ème1629ème (24,1)
Académie arabe des sciences, de la technologie et du transport maritimeEgypteNon classée 
Université d’AssouanEgypteNon classée 
Université britannique en EgypteEgypteNon classée 
Université de JimmaEthiopieNon classée 
Université de la santé et des sciences connexes de MuhimbiliTanzanieNon classée 
Université de SuezEgypteNon classée 
Université de TunisTunisieNon classée 
Université Djillali LiabesAlgérieNon classée 
Université Ferhat Abbas SétifAlgérieNon classée 
Université de LagosNigeriaNon classée 
Université de ZambieZambieNon classée 
Cité des sciences et technologies ZewailEgypteNon classée

Avec agenceecofin.com

Continuer la lecture

CIMA

Allianz Africa: Delphine Traoré nommée CEO Régional

Publié

au

Une percée spectaculaire a été notée le 20 octobre 2021, à Nairobi, dans le secteur des assurances. Pour cause, Delphine Traoré, originaire du Burkina Faso, membre du Comité Exécutif d’Allianz Africa et Directrice Régionale des Opérations, succèdera à Coenraad Vrolijk en tant que CEO Régional d’Allianz Africa, en plus de ses responsabilités actuelles. Elle ajoute ainsi une autre corde à son arc.

Coenraad poursuivra d’autres opportunités en dehors du groupe Allianz. Des changements qui entreront en vigueur le 1er novembre 2021.

Rappel : Delphine a rejoint le Groupe Allianz en 2005 chez Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) Canada. Elle a occupé les postes de Souscripteur Responsabilité Civile et de Responsable de la gestion des marchés avant de devenir CEO d’AGCS Africa en 2012. Delphine a rejoint Allianz Africa en tant que Directrice des Opérations en 2017 et est restée Membre Non Exécutif du Comité Exécutif d’AGCS Africa.

En 2015, Coenraad a rejoint le Comité Exécutif d’Allianz SE en tant que Conseiller Senior, il est ensuite devenu CEO Régional d’Allianz Africa en 2017. Au cours de son mandat, il a mené l’expansion d’Allianz au Maroc, au Nigéria et récemment en Afrique de l’Est, en plus de renforcer l’ancrage régional du groupe.

En Afrique, Allianz est présent dans 12 pays et accompagne ses clients dans 49 marchés. Ses 1.167 employés ont réalisé un chiffre d’affaires de 371 millions d’euros en 2020, toutes entités confondues. Allianz est le fournisseur de micro-assurance pour 1,7 million de familles et individus à faible revenus en Afrique.

Avec Financialafrik

Continuer la lecture

Actualités

Famine galopante et retour insidieux des politiques d’austérité en Afrique : Oxfam s’inquiète et alerte

Publié

au

Dans son rapport de juillet 2021, l’ONG Oxfam avait dressé un bilan catastrophique de la situation alimentaire mondiale. Et avait estimé que depuis le début de la pandémie, chaque minute, 11 personnes pourraient mourir de faim et de malnutrition si rien n’est fait. Aujourd’hui, l’ONG publie une étude décisive et s’inquiète du retour des politiques d’austérité en Afrique. Quelques données sont livrées dans cet article.

Chiffres alarmants et causes multiples de la famine selon le rapport d’Oxfam

Dans son rapport « Le virus de la faim se propage », les conflits sont pointés du doigt. En effet, il y est indiqué que les conflits restent la principale cause de la faim, poussant plus d’un demi-million de personnes dans des conditions proches de la famine, soit six fois plus qu’en 2020. 

A cela, s’ajoute l’impact massif que les chocs économiques, exacerbés par la pandémie de coronavirus, et l’aggravation de la crise climatique, faisant ainsi souffrir de faim des dizaines de millions de personnes supplémentaires.

Le chômage de masse, et la production alimentaire, gravement perturbée, ont aussi entraîné une hausse de 40 % des prix alimentaires mondiaux, la plus forte depuis plus de dix ans. La crise climatique a aggravé de surcroit la situation : les inondations ont augmenté de 180 % depuis 2015, dévastant les cultures et impactant les revenus de 1,7 million de personnes. 

Résultats des courses, globalement 155 millions de personnes dans le monde, souffrent désormais d’insécurité alimentaire à un niveau de crise, – soit 20 millions de plus que l’année dernière. Deux personnes sur trois, dans ces situations de crise, vivent dans un pays en guerre ou en conflit. 

Dans la région du Sahel par exemple, les pays les plus déchirés par les conflits, comme le Burkina Faso, ont connu une augmentation de plus de 200 % de la faim entre 2019 et 2020 – de 687 000 à 2,1 millions de personnes. L’aggravation de la violence dans le centre du Sahel et le bassin du lac Tchad a contraint 5,3 millions de personnes à fuir et a alimenté la hausse des prix de l’alimentation, au plus haut depuis cinq ans.

Pendant ce temps, les dépenses militaires mondiales ont augmenté de 51 milliards de dollars, ce qui correspond à six fois et demie, ce dont les Nations unies ont besoin pour mettre fin à la famine.

Les inégalités se sont davantage creusées, car « la richesse des dix personnes les plus riches, dont neuf hommes,  a augmenté de 413 milliards de dollars l’année dernière, 11 fois plus que ce que l’ONU estime nécessaire pour l’ensemble de son aide humanitaire mondiale », a révélé Gabriela Bucher, directrice exécutive d’Oxfam.

Elle a déploré cet état de fait, en disant en substance : « On assiste aujourd’hui à une superposition des crises : conflits incessants, retombées économiques du COVID 19 et une crise climatique qui s’affole, qui ont poussé plus de 520 000 personnes dans une situation catastrophique, de famine. Au lieu de lutter contre la pandémie, les belligérants se sont affrontés, portant trop souvent le dernier coup à des millions de personnes déjà éprouvées par les catastrophes climatiques et les chocs économiques. »

Oxfam alerte sur la crise des inégalités en Afrique de l’Ouest

Trouvant l’indifférence des pays d’Afrique de l’Ouest tragique, face au creusement des inégalités en ce temps de pandémie, Oxfam les invite à être plus regardants à cet effet et  de se méfier des recettes des institutions de Bretton Woods (FMI ET BM) qui rappellent les politiques d’ajustement structurel des années 1980. L’ONG estime que d’autres solutions existent pour remonter la pente financière et assurer le bien-être des populations. Par exemple, il serait utile de miser sur des mesures fiscales pertinentes, entre autres.

Dans un document de 53 pages, consulté par Managers-africain, intitulé « La crise des inégalités en Afrique de l’Ouest : lutter contre l’austérité et la pandémie » ; édition 2021, l’ONG a livré ses observations et proposé des pistes de solutions. En effet, on peut y lire cet extrait, assez édifiant sur le contenu du document.

« Compte tenu de l’espace budgétaire limité, la portée des programmes de soutien adoptés par la plupart des gouvernements de la région en 2020 est réduite en 2021. Ils sont remplacés par des mesures d’austérité au moment exact où les infections de COVID-19 augmentent dans la plupart des pays.

En 2021, 11 gouvernements ouest-africains vont réduire leurs budgets d’un montant combiné de 4,4 milliards de dollars. Ces réductions seraient suffisantes pour acheter et faire vacciner plus de 78 % des Ouest-africain·es. L’évaluation effectuée par Oxfam  des prêts octroyés par le FMI en réponse à la COVID-19 dans 85 pays entre le 1er mars 2020 et le 15 mars 2021  montre  que  le  FMI  a  encouragé  73 pays  (dont  14 pays  ouest-africains)  à adopter des politiques d’austérité lors de la reprise8. En effet, les données pour 2022-2026 de 14 gouvernements montrent des plans pour réduire les dépenses publiques de 26,8 milliards de  dollars  par  rapport  à 20219.  Cela  suffirait  pour  que  les  gouvernements  fournissent  une vaccination complète aux citoyen,nes ouest-africain,nes et offrent une année d’enseignement primaire de qualité à 71 millions d’enfants.

Pour certains des pays les plus touchés, l’ampleur de l’austérité est menaçante. Par exemple, les coupes budgétaires prévues par le gouvernement de la Sierra Leone en 2022-2026 sont équivalents à deux fois et demie son budget annuel actuel pour le secteur de la santé, tandis que les coupes prévues par le Ghana, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau et le Liberia excèdent  toutes  une  année  complète  de  dépenses  publiques  en  matière  d’éducation. La réduction des budgets publics à cette échelle augmentera presque certainement les inégalités et fera disparaître toute chance d’atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030.»

Source : www.oxfam.org

Continuer la lecture
Advertisement

Tendance

Copyright © 2021 Managers africains, powered by SAMAWEB.